lundi 14 juin 2021

Ascenseur émotionnel




Une semaine de congés rien que pour nous, depuis le temps. Les babynous sont placés nous allons pouvoir profiter.

Lundi, je suis excitée comme une puce. Je sais que T m’a préparé une petite surprise mais je n’en sais pas plus. La maison est calme et paisible quand soudain on sonne à la porte. Un rapide coup d’œil à T qui m’ordonne d’aller ouvrir. Grosse découverte, méga surprise Laurent est là, il entre et me voilà toute timide à me cacher littéralement derrière T. Nous prenons le café, Laurent et T essaient de me détendre tant bien que mal. Je suis surprise de le voir ici sans ma Sister, Marie. 

Finalement je me détends quand nous passons au salon pour les choses sérieuses. Laurent est venu pour un petit cours de shibari. Depuis le temps que je voulais, je me laisse faire et suis la plus docile possible. Les deux hommes échangent, ils sont fascinants. Les cordes glissent sur mes membres, je n’arrive toujours pas à y croire. Le cours se poursuit et je me retrouve avec un lacing sur les jambes. Impossible de me lever quand la porte sonne, c’est T qui se lève et qui va ouvrir, je tente quelques questions à Laurent. Ce mec est une tombe croyez-moi ! 

Je reconnais la voix de ma Sister, je suis toute heureuse. Le cours prend fin quelques instants plus tard. Nous passons à table et pour cela nous (Marie et moi) avons revêtues nos plus belles tenues. Le repas se passe très bien et le dessert encore mieux. Marie avait fait un gâteau avec une décoration kinder, une vraie tuerie, elle connait mon péché mignon. Je souffle ma 31ème bougie et voilà nous passons de nouveau au salon. 

Là, Laurent lance un ordre totalement inattendu. Marie doit m’encorder. Je suis heureuse et excitée. Elle fait ça bien, elle est concentrée et suit les instructions de Laurent. T est derrière, il veille, je me sens tellement bien. Marie a opté pour un lacing des jambes. Bon ok je ne pourrais plus bouger. Ce n’est pas désagréable. 

Laurent prend à nouveau les choses en mains. C’est au tour de Marie de se faire encorder. Il sait que j’ai une certaine appréhension pour les cordes sur la poitrine et les seins, j’ai peur qu’ils finissent bleus, noirs enfin qu’ils tombent tout seul, je sais c’est stupide.

Alors il entreprend un magnifique harnais sur la sublime poitrine de Marie. Ils sont tous les deux en osmose, T et moi n’osons pas parler tellement tout cela nous semble beau. Marie prend un tel pied dans les cordes que ça me rassure.

Je me laisse finalement faire, T fait glisser les cordes sur mon torse, ça sert de plus en plus, il me faut du temps pour trouver le bon rythme pour respirer. Ses yeux vont des cordes à moi. Laurent veille aussi, il vérifie les nœuds mais laisse faire T. Marie est à mes côtés, elle me soutient, elle est mon pilier à ce moment là. Je me sens de plus en plus oppressée. Je peine à garder une respiration sereine. Je demande à T de stopper une première fois. Il vient de faire des tours autour de mes seins qui commencent par ailleurs à changer de couleurs. Il reprend avec mon accord et là au bout de 3 tours je ne peux plus. Il stoppe l’encordage sur mes seins. Par contre, le sadique qu’il est joue avec il malaxe, caresse et frôle. La sensation est multiplié par 100. Je commence à partir doucement vers le côté obscur euh non maso😁.

J’ai les mains au dessus de la tête pour m’aider à respirer. Laurent s’en empare et les attache au canapé puis il vient étirer mes jambes pour les fixer par les orteils et chevilles à l’autre bout du canapé d’angle. Totalement immobilisée, mes sens sont en éveil, je sens chaque cordes sur mon corps. Cette sensation que je ne connaissais pas m’enivre. 

Les doigts et les lèvres de Marie se retrouvent sur ma poitrine. Elle embrasse mon sein, mon téton. C’est tellement bon et excitant. Je ne réagis pas, je suis dans ma bulle. Sister me mord le téton, la garce !! 

La position n’est pas si désagréable que ça mais je fais un mouvement qui va tout changer. Je demande à être détachée, j’ai vraiment mal.

Les cordes tombent, je récupère doucement une respiration normale, T m’enveloppe dans ses bras. Mes seins me vont agréablement mal, les marques que laissent les cordes sont si jolies. Je plane complètement.


2 commentaires:

  1. Je te dirai bien que je plane à 10 000 pieds, mais je suis attachée, l envol est cérébral hummm
    Pardon je ne te mordrai plus jamais jamais jamais...
    Garce, encore, ça se paiera! 😍
    Je suis très heureuse ... Et impatiente de la prochaine...
    Vivement mon anniversaire 😎

    RépondreSupprimer
  2. Félicitations d'un admirateur anonyme pour ce joli récit. Bcp aimé l'idée de la sensations de chaque corde.

    RépondreSupprimer