vendredi 3 janvier 2020

Petite chatte


Dans le noir, sans bruit, je savoure tout.

À genoux sur un tapis de velours, les mains sur mes cuisses qui sont entrouvertes. Je n’ai que pour seuls habits, une culotte et un soutien-gorge. Mon Maître vient de poser mon collier et m’autorise à ouvrir les yeux.

Il est assis dans son fauteuil tel un roi, le regard sadique mais joueur. Sa main vient se poser sur mon visage puis descend sur ma poitrine qu’il masse généreusement. Il dégrafe mon soutien-gorge libérant ainsi ma poitrine. Mon Roi vient attacher une laisse à mon collier, il tire un peu dessus.

Dans mon esprit j’aime lui ordonner de me prendre telle une chienne, de me fesser comme jamais et de me faire mal à en jouir.

Puis il repose la laisse entre mes seins, le froid de celle-ci me fait frissonner. Une pression sur l’épaule et je me lève. Mains dans le dos, tête droite et jambes légèrement écartées. Maître fait le tour et me presse sur son érection naissante. Il me caresse la poitrine d’une main, me caresse l'abricot de l’autre. Ma culotte finit au même endroit que mon soutien-gorge.

Mon Roi tire sur la laisse et je me retrouve à quatre pattes sur mon tapis de velours. Il appuie sur ma tête. Je suis à présent tête plaquée au sol, les fesses bien tendues vers le haut et les mains toujours dans le dos. Je le sens jouer avec mon abricot, qu’il pénètre d’un doigt puis deux et qui vont et viennent en moi. Il joue aussi avec mon œillet introduisant ses deux doigts bien humide par la mouille de ma chatte. Un autre frisson, cela dit je ne connais pas ce qui me frôle et qui s’apprête à me pénétrer l'anus. Légère pression sur ce dernier et hop l’objet mystère que je reconnais à présent, un plug, est en place. Seulement il est un peu plus lourd que ceux que j’ai déjà. Maître m’autorise un rapide coup d’œil.

Oh putain j’ai enfin mon plug à queue.


Je souris et me replace. Des menottes de chevilles et des poignets prennent place, ainsi que la barre d’écartement. Mes bras passent sous mon torse et sont attachés au milieu de la barre. Je suis dans une position totalement ouverte et offerte quand un vrondement habituel se fait entendre. Maître positionne le wand et introduit son pouce dans ma bouche. Je le suce comme jamais, mon corps se contracte de plus en plus, je voudrais demander la permission de jouir. Maître me connaît parfaitement, il m’a devancé.

Interdiction de jouir ma petite chatte, sinon je te punis !

Je suis déjà sur le point d’éclater quand Il décide de jouer avec la queue. Je gémis, je râle et je supplie pour avoir cette fameuse autorisation. Une claque atterrit sur mes fesses mais elle n’a pas l’effet escompté et je ne peux retenir mon orgasme. Mon Maître me laisse jouir mais ses yeux parlent pour lui, Il n’est pas content du tout.

Il détache mes mains et me lève à l’aide de la laisse. Je suis bâillonnée avec un mord, je sais par avance que je vais baver. Maître attache mes mains ensemble avec une chainette et me suspend au crochet de la poutre. Il malaxe mes seins en tirant sur mes tétons auxquels Il accroche des pinces reliées à mon collier.

Tu as désobéi petite chatte, tu vas en payer les conséquences.

Je déglutis. Il attrape un martinet en daim qu’il vient faire chauffer sur ma poitrine, mon dos et mes fesses. Je mords régulièrement le bâillon lorsque le martinet passe sur mes seins. Je bave énormément, je mouille fortement. Maître fait claquer le martinet sur mon abricot totalement ouvert, je sursaute à chaque coup.

Passons aux choses sérieuses maintenant ma petite chatte !


Il a pris notre chat à 6 queues en cuir, Il le fait fouetter dans l’air. Un premier coup tombe sur mon dos, je me raidis et gémis. La douleur est vive mais tout de même supportable. Les coups s’enchaînent sans tomber au même endroit, mon corps est fouetté entièrement. Je ne peux éviter les coups, je ne peux crier alors les larmes coulent. J’ai mal mais je me sens bien, je subis cette punition qui devient du plaisir. Mon intimité me trahit de plus en plus et je sens que ça coule sur ma jambe.

Je suis enfin détachée, Maître m'allonge délicatement, sur le tapis, sur le dos. J’ai toujours les mains liées et la barre d’écartement est toujours en place également. Il prend place entre mes jambes, me pénètre d’un seul coup et me baise comme jamais.

Je vais te donner un ordre simple ma petite chatte, je t’interdis de jouir tant que MOI je n’aurai joui !

J’acquiesce en clignant des yeux. Maître me retourne pour me prendre en levrette donc plus profondément. Me voilà prise telle une chienne, le plug frotte contre le sexe de Maître. Je prends très au sérieux l’ordre qui m’a été donné, je respire comme je peux et me concentre sur mon objectif : ne pas jouir. Dans un dernier coup de reins, Maître se vide en moi, je peux enfin accéder moi aussi à l'ultime désir.

Libérée de mes entraves, des pinces et du bâillon, le plug est toujours en place et me rappelle à ma condition. Mon Roi a repris sa place sur son fauteuil, je me déplace à quatre pattes vers lui. Je me love telle une chatte contre ses genoux, il me caresse la tête. Face à nous, un miroir dans lequel je vois les marques du chat à 6 queues et où je peux me voir belle avec ce plug en moi.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire