mardi 10 juillet 2018

Marc & Lou (12)




J'ouvre les yeux, il est 8h30, ma belle est toujours dans les bras de Morphée. Je la laisse et me dirige vers la cuisine, j'ai besoin d'un café. Après la journée d'hier, je suis bien et j'aimerais que cela continue. Je bois mon café tout en regardant droit devant moi. La colère m'a quittée, je sais qu'elle ne voulait pas prononcer ces mots mais … Je sors de mes pensées, j'entends l’eau de la douche couler. Je finis ma tasse et file la rejoindre dans la salle de bain. Lou me tourne le dos et je peux, en toute discrétion, la contempler. L'eau coule sur son dos et ses fesses blanches pour l’instant. Je la rejoins et me colle à elle, une érection naissante. Elle penche la tête en arrière et nous restons ainsi sous l'eau chaude un petit moment. Elle se retourne, m'embrasse timidement et se décale pour se laver. Le silence entre nous en dit long. Comment voulez-vous la punir en la voyant ainsi ? Mais je ne reviens jamais sur une décision et je dois respecter ma parole.

Elle sort de la douche et me laisse avec mon érection et l'eau chaude. Je me lave à mon tour et sors.
Elle est sèche et commence à s'habiller : un joli petit boxer noir et un soutien-gorge assorti. Elle me jette un coup d'œil et file dans notre chambre. Je saisis l'opportunité.

- Ne t'habille pas plus, vas au coin. J'arrive !
- Oui Monsieur.

Quand je fais irruption dans la pièce, elle est telle que je lui ai demandé.
Je vais vers notre armoire à jouets et sors juste la brosse.
Je m'installe sur le lit et lui demande de venir devant moi.

- On a quelque chose à régler tous les deux, jeune fille !
- …
- Muette ?! Vendredi soir, tu ne l'étais pas. Serais-tu capable de me répéter ?
- Non Monsieur, je vous prie de bien vouloir excuser mon comportement, s'il vous plaît.
- Je ne crois pas. Tu sais ce qui va arriver ?
- Oui Monsieur.

J'attends simplement qu'elle me réponde. Je vais patienter un peu et insister sur le regard. Elle ouvre enfin la bouche.

- Je mérite une fessée Monsieur, pour mauvais comportement et pour paroles déplacées.
- Effectivement, viens ici !

Je lui tends la main et l'amène sur mes genoux. Je la sens déjà soulagée et prête. J'entame un long massage de ses jolies fesses et lui rappelle ses mots. Je l'entends renifler, ma phrase aura un impact plus fort que ma main (elle me l'avouera plus tard). Je veux marquer le coup alors je décide de frapper fort d'entrée. Elle ne se débat pas mais supplie, elle veut que j'arrête. Je descends sa culotte aux genoux, caresse ses demies-lunes déjà bien rouges, et reprends la fessée, alternant fesse droite et gauche. Ma main commence à piquer, il faut que je change d'instrument. Je prends la brosse, caresse les fesses de Lou avec les poils de celle-ci. Elle frisonne et me dit que ça pique alors je l'écoute et décide de donner un 1er coup avec le dos de la brosse. Ses jambes se croisent, je ne lui laisse pas le temps de récupérer et lance une tempête de coups à une cadence folle, insistant parfois sur la même fesse 3 ou 4 coups à la suite. Je ne cesse de lui répéter les mots qu'elle m'a dit et qui m'ont profondément blessé. Elle tente, vainement, de se protéger avec la main, je l'attrape et la bloque dans son dos. Je sème les coups sur toute la surface de ses fesses et même sur le haut de ses cuisses. Elle ne parvient pas à garder les jambes en place alors je l'aide en les bloquant avec les miennes. La voilà prisonnière de mon emprise, Lou pleure maintenant à chaudes larmes. Je repose la brosse, elle a assez servi pour aujourd'hui. Ma main caresse spontanément ses fesses. Je voulais finir par une fessée manuelle mais au vu de l'état de ses fesses, et l'état dans lequel Lou se trouve, je n’insisterai pas plus.

Elle reste sur mes genoux complètement vidée d'énergie. Je la relève et la pose sur le bord du lit. Lou me saute au cou et me demande pardon, elle vient se lover dans mes bras et niche sa tête dans le creux de mon cou. Je ne l'enverrai pas au coin, nous restons dans cette position. Je l'embrasse dans les cheveux, lui dis que je l'aime et surtout qu'elle n'a plus intérêt de me parler comme ça. Je n'ai pour seule réponse qu'un reniflement et un petit hochement de tête. Je la fais mettre debout, vais dans la salle de bain prendre l'arnica et remets Lou sur mes genoux. Je la masse lentement en veillant à étaler la crème partout. Une fois fini, nous terminons de nous habiller et sortons de la chambre. Je m'entends lui dire

- Avance p'tit cul !

Elle se retourne sur moi et me lance un regard plein de malice avec un joli sourire aux lèvres.

Nous profitons du soleil d'été, préparons de quoi pique-niquer et partons en balade. J'emmène Lou en forêt. Le lieu est désert, nous choisissons une table à l'entrée du bois et mangeons tranquillement.

- Je vais remettre ça dans la voiture et on va se balader ?
- Oui, Chéri

Je mets moins de 3 minutes pour revenir à elle. Nous nous enfonçons dans ce lieu paisible. Lou porte un short qui laisse apparaître un peu ses cuisses rougies. Je ne peux m'empêcher de divaguer, je l'attrape par les hanches et la plaque contre un arbre dos à moi. Je passe ma main sur le devant et déboutonne son short pour ensuite le faire glisser le long de ses jambes. Je les écarte un peu, cambre ma belle et glisse deux doigts en elle. Elle se laisse faire tout en gémissant, mon sexe me fait mal… je me glisse entre ses fesses et commencer à bouger lentement. C'est elle qui demande à accélérer, mes doigts sont toujours en elle et mon pouce fait des petits cercles sur son clitoris. Elle ne se contrôle plus et lâche un long, très long râle de plaisir, ce qui par la même occasion me fait venir. J'embrasse son épaule et nous nous rhabillons. Nous finissons notre balade champêtre et rentrons à la maison.

Comme nous sommes dimanche soir, Lou nous fait couler un bain. Nous sommes détendus et plus amoureux que jamais. Ce dimanche soir se déroule sans embuche et en toute simplicité. Quand nous nous couchons, Lou m’avoue avoir voulu cette punition mais ne pensait pas les mots prononcés. Je l'embrasse et me tourne. Je suis fâché qu'elle l'ai fait exprès mais je ne lui en tiens pas rigueur car elle a un argument de poids. Elle est passée sous la couverture….

2 commentaires:

  1. Elle est passée sous les couvertures. Hum. La coquine...

    RépondreSupprimer
  2. Il y a des arguments face auxquels on ne fait pas le poids!!

    RépondreSupprimer